STATION RADIOAMATEUR F2QH :
LE CINQUANTENAIRE!

2009 et + : INFORMATISATION DE LA STATION

LES MODES NUMERIQUES



Il existe une multitude de modes numériques dans le domaine radioamateur. Certains d'entre nous sont devenus experts. Ce n'est pas mon cas, mais ce que je recherche plus particulièrement dans ces modes, c'est la possibilité d'assurer une liaison à une distance donnée (pas forcément très grande), de la manière la plus fiable possible.

Jusqu'ici, j'ai expérimenté des modes classiques come le RTTY, les modes PSK (31 - 64 -128), l'Olivia, le Hellschreiber, la DRM. Je laisse de côté la SSTV qui n'est pas à proprement parler un mode numérique.

Même si HAM RADIO DELUXE me donne toute satisfaction et permet de trafiquer dans la plupart des modes numériques, j'ai été curieux de tester d'autres logiciels et d'autres modes, recherchant principalement celui qui sera le plus efficace pour se faire entendre de la manière la plus fiable possible avec des petites puissances, notamment lors de skeds avec des amis en voyage ou des stations réparties dans le monde.

Il se dit même que certains modes numériques seraient plus efficaces que la télégraphie Morse. Jusqu'ici, je ne l'ai pas constaté, même en ROS 4 développé par le radioamateur espagnol EA5HK, qui est pourtant reconnu comme particulièrement efficace. Mais n'ayons pas d'a priori, et mon expérience dans les modes numériques est encore modeste.

Voici la présentation d'écran du ROS :

ROS présentation

Nous l'avons testé en sked avec mon ami Jef F5FS alors qu'il était en Martinique et en Polynésie. Toutefois, même si le ROS fait partie des logiciels les plus efficaces, je n'ai pas encore trouvé un seul programme de communication numérique qui puisse dépasser les performances de la bonne vieille télégraphie Morse, mais peut-être que je me trompe ou que je ne maîtrise pas encore tous ces nouveaux programmes de communication.

Réussir un sked est beaucoup plus difficile que de se laisser aller au gré de la propagation. Certes, il est toujours très agréable, d'entrer en contact avec une station perdue au milieu de l'Océan Pacifique, ou près de l'Antarctique, mais assurer une liaison régulière avec une station située à une distance moyenne, par exemple 1000 à 3000 km, c'est une autre affaire.

Ce sera encore plus difficile si cette station se trouve aux antipodes, me direz-vous. Et bien pas forcément en pratique. Il suffit de tendre l'oreille le matin de bonne heure sur la bande des 20 mètres, sur laquelle on peut entendre régulièrement des stations d'Australie, de Nouvelle-Zélande, de Polynésie, etc..

Même sur une bande aussi sporadique que le 10 mètres, il n'est pas rare d'assurer un sked avec des stations du sud de l'Afrique. Un contact régulier avec de telles stations peut être maintenu pendant des semaines.

Nous avons aujourd'hui grâce à Internet tous les outils de prévision de propagation possibles, et leur fiabilité est souvent très satisfaisante.

Evidemment si l'on dispose de chaque côté de la liaison d'un gros amplificateur de puissance et d'une antenne directive à grand gain, on a nettement plus de chances de réussir le contact. Par contre, ce qui est plus valorisant, c'est d'assurer un sked avec une petite ou une moyenne puissance (souvenons-nous du TAHITI-NUI qui maintenait le contact avec la France avec 1 watt seulement), mais dans ce cas, à part la télégraphie qui reste la reine des transmissions, les modes numériques sont une aide précieuse.

Je n'ai pas encore d'expérience dans les modes WSPR, mais par contre, j'ai eu de bons résultats en ROS dans les trois dernières versions. Le programme est bien conçu, l'interface est très claire, et j'apprécie particulièrement le contrôle de puissance automatique. On s'aperçoit alors combien il est possible d'effectuer des liaisons lointaines avec des puissances inférieures à 5 watts.

Les modes numériques sont sans doute l'avenir de l'émission d'amateur.

Alors, à nos claviers...



HAUT DE PAGE