STATION RADIOAMATEUR F2QH :
LE CINQUANTENAIRE!

2013 : LA POURSUITE DES SATELLITES AUJOURD'HUI

tracking_iss.jpg

LOGICIEL DE TRACKING

Il est toujours possible d'écouter les satellites actuels avec un récepteur moderne et une antenne fixe. Par exemple en portable, un simple émetteur-récepteur compact (j'utilise le FT817) avec son antenne fouet permet d'entendre des liaisons entre amateurs distants de plusieurs milliers de kilomètres, et même de se faire entendre avec une toute petite puissance.

Toutefois, il faut bénéficier d'un passage favorable, la liaison ne dure pas longtemps, et l'effet Doppler exige de modifier constamment la fréquence. Les notices du FT817 ou du TS2000 décrivent une telle procédure.

Par contre, si l'on souhaite aller un peu plus loin, il est possible de s'équiper d'un système de poursuite automatique, afin que le les antennes directives puissent pointer le satellite au plus loin de l'horizon et apporter un gain important surtout pour la réception.

Il faut :
. Un émetteur récepteur pilotable par ordinateur, ce qui est de plus en plus courant.
. Un PC classique, ou même un simple NOTEBOOK, avec sortie USB ou par liaison série COM RS232.
. Une interface de pilotage entre le PC et l'émetteur. D'excellents modèles commerciaux sont diponibles, mais une réalisation personnelle est tout à fait possible (voir le menu "INFORMATISATION DE LA STATION")
. Un bon logiciel de poursuite.
. Un système d'antennes, de préférence orientable en azimut et en élévation (site), avec interface de pilotage par l'ordinateur. Un système d'antennes fixe (turnstyle, eggbeater, etc..) peut convenir au début.

J'utilise HAM RADIO DELUXE, mais d'autres logiciels très performants et plus spécialisés sont disponibles. J'ai choisi HRD pour sa polyvalence, pilotant déjà ma station fixe et ma station portable.

En portable, mon NOTEBOOK ne disposant que de sorties USB, j'utilise un cordon adaptateur USB vers 2 x RS232 en forme de Y, qui me donne totale satisfaction.

L'image ci-dessus représente une capture d'écran réalisée le 11 février 2013 avec les prévisions de passage pour le satellite FO29.

Je n'ai pas encore fait l'acquisition d'un moteur pilotable en site et en azimut, mais j'étudie actuellement la possibilité d'ajouter à mon rotator actuel de fabrication maison un vérin d'élévation, le tout piloté à base de module ARDUINO.

L'activité satellite amateur est très complète sur le plan technique, et constitue un champ d'expérimentation passionnant et enrichissant, notamment pour les élèves des lycées techniques.
La liaison réalisée le 7 janvier 2013 (voir la vidéo) entre l'école des Mûriers de Saint-Maur et l'ISS via la station F6KMX en est la parfaite démonstration.
Du matériel commercial est disponible chez les principaux fournisseurs pour radioamateurs, le logiciel de poursuite étant généralement compatible avec la plupart d'entre eux. Mais là, il faudra prévoir un budget plus important.

Les satellites amateurs peuvent être dotés de différents types d'équipements :
. De simples balises, éventuellement complétées par un système APRS (positionnement),
. Un transmetteur de télémesures: il faut alors se doter du logiciel de décodage correspondant,
. d'un transpondeurs FM (modulation de fréquence), relayant un canal VHF ou UHF vers un autre canal. La fréquence est fixe, mais il faut prévoir de modifer la fréquence de réception au cours de la liaison celle-ci variant avec l'effet Doppler, par exemple en mémoirisant plusieurs fréquences rapprochées. Evidemment les places sont chères, il ne peut pas y avoir plusieurs stations trafiquant en même temps. Il faut être bref et concis et ne pas abuser de la puissance en émission.
. d'un transpondeur linéaire : c'est le cas de FO29 figurant sur l'image de tracking, qui permet de retransmettre une portion de gamme continue VHF en UHF. Le trafic s'effectue principalement en BLU ou en télégraphie, voire en mode numérique ou en SSTV (télévsion à balayage lent), mais le suivi de la fréquence est assez sportif, surtout en BLU. Les signaux sont souvent faibles et des antennes à gain sont pratiquement indispensables. Plusieurs stations peuvent trafiquer en même temps, et l'altitude élevée de ces satellites permet des contacts à plus longue distance pendant de plus grandes durées.

Jusqu'à maintenant, les radioamateurs constructeurs de satellites, souvent en collaboration avec des étudiants de grandes écoles ou universités du monde entier, ont pu bénéficier de places disponibles à bord de lanceurs en première phase d'essais. Il n'est pas certain que ceci soit possible dans l'avenir, le président de l'AMSAT FRANCOPHONE a exposé ce sujet dans son intervention à SAINT-MAUR le 07 Janvier 2013 (MENU LES ELEVES PARLENT AUX ASTONAUTES).

Il est intéressant de placer sur le bureau de son PC des raccourcis vers les principaux sites traitant des satellites amateur pour se tenir informé.

Etant moi-même encore débutant dans ce domaine, il existe d'excellents sites Internet d'amateurs experts en communication par satellite. Ceci n'est qu'un aperçu général et ce sujet ne peut être traité dans ces quelques lignes, mais ne pas hésiter à utiliser son moteur de recherche préféré en français et si possible en anglais!



HAUT DE PAGE